Vincent Cavard aux championnats du monde d’Aiguebelette

Le rameur du club, représentera la France la semaine prochaine au sein du 8 poids léger aux championnats du monde d’Aiguebelette.

Sa 5ème place aux championnats de France en Avril dernier lui ouvre les portes de la sélection.

Vincent_Gavard

Après un stage de préparation d’un mois à Lyon puis à Bellecin dans le Jura, il embarquera dans un équipage alliant la jeunesse et l’expérience avec Moreau, Roulet Dubonnet, Fonta, Duret, Lecomte, Guérinot, Chocheyras et leur barreur Hacot ils tenteront d’empocher une médaille et si possible goûter à l’or devant leur public.

Début des courses pour lui le mardi 1 septembre et Finale le 4 septembre à 13H30.

Venez nombreux l’encourager!!

Pour mieux le connaître il s’est prêté au jeu de l’interview :

CNCB : Raconte-nous tes débuts dans l’aviron :

Vincent: J’ai commencé l’aviron à 12 ans au Cercle de l’Aviron de Chalon-sur-Saône (Bourgogne), pour être aux côtés de mon cousin ! J’ai commencé la compétition, motivé et inspiré par le fait que notre club compte des rameurs de très haut niveau en équipe de France comme Adrien Hardy, champion Olympique 2004. J’ai intégré la section sport études au lycée, ce qui m’a permis d’atteindre un haut niveau et une première sélection pour participer au championnat du monde junior d’aviron, en 2006, à l’âge de 18 ans.

CNCB : Quels est ton meilleur souvenir à ce jour ?

Vincent: En réalité plusieurs bons souvenirs de finales très abouties où le plaisir et la performance ont été au RDV. Bien sûr les deux médailles récoltées en équipe de France en 4 sans barreur poids légers (En 2008 en Moins de 23 ans et en 2014 en Universitaires) dans mon embarcation préférée. Mais aussi l’aventure collective du huit séniors de Chalon sur Saône en 2011 et 2012, qui s’est soldée par deux quatrièmes places mais qui restent des moments forts.

CNCB: Comment concilier études (ou travail) et sport de haut niveau ?

Vincent: Depuis la fin de mon cursus universitaire achevé en 2013, cela devient « sportif » de concilier un plein temps au travail ainsi que le volume d’entrainement nécessaire pour continuer le haut niveau. Sur cet hiver, il y a eu des périodes délicates mais cet objectif des championnats du monde, quasi à la maison depuis ma récente installation en Savoie m’a poussé à me dépasser pour continuer l’aventure.

CNCB: Raconte-nous ta blessure et ton retour à la compétition.

Vincent: En 2013, quelques jours après les championnats de France Bateaux courts (sélectifs pour les échéances internationales), je me retrouve bloqué au niveau du dos, une hernie discale avec une grosse inflammation du disque. Pas d’opération, mais le port d’un corset pendant six mois et l’arrêt de toute activité physique. Je décide de reprendre sur la saison 2014 après une bonne rééducation. Je reprends sans pression, en me fixant des échéances étapes par étapes et en restant vigilant sur l’état de mon dos en étant préparé à tout arrêter à tout moment si jamais cela se reproduisait dans les mêmes proportions afin de préserver mon dos encore quelques années en dehors du sport. Depuis deux ans cela fonctionne plutôt bien, je fais ce qu’il faut préserver mon dos et j’ai retrouvé un niveau sportif équivalent voire supérieur qu’avant.

CNCB: Pourquoi avoir choisi le CNCB cette année ?

Vincent: Après mes années d’études passées entre Lyon et Grenoble, on m’a proposé un poste sur Chambéry dans l’entreprise dans laquelle j’étais en Alternance. C’est tout naturellement que j’ai choisi le CNCB car je connaissais déjà quelques membres et l’entraineur J. Bandiera. Après plusieurs années passées au sein du Pôle France de Lyon, j’avais envie de retrouver cet « esprit club » au contact des jeunes que j’avais perdu ces dernières années, ne pouvant être suffisamment présent et disponible au club de Chalon sur Saône. Je me suis très vite intégré au CNCB où les membres du club m’ont très bien accueilli. Le cadre est magnifique pour pratiquer l’aviron et bien d’autres sports aussi bien l’été que l’hiver.

CNCB: Comment vois-tu ton avenir sportif ? Rio 2016 ?

Vincent: Je ne me fixe pas d’objectif sportif à long terme, je fonctionne étapes par étapes par rapport à ce qu’il m’est possible d’envisager. Je suis concentré à 100% sur la préparation de ces championnats du monde. Je verrai ensuite les objectifs que je me fixerai pour la saison prochaine

CNCB: Comment se passe le stage terminal en 8 poids léger ?

Vincent: Le stage a débuté le 3 Août à Lyon sur le Pôle France basé à Miribel, puis à partir du 17 Août nous rejoignons le reste du groupe France sur la base de Bellecin dans le Jura pour une dizaine de jours avant le retour en Savoie le 26 Août avant le débuts des championnats du monde le 30 Août. La préparation se passe bien, le bateau progresse bien grâce au travail de cohésion et aux kilomètres accumulés.

CNCB: Quelles sont vos ambitions sur les championnats du monde ?

Vincent: Il y a une bonne ambiance et un bon esprit d’équipe au sein du huit, un fin mélange d’expérience et de jeunesse, tout le monde a trouvé sa place. L’objectif est d’aller chercher le titre mondial dans cette catégorie. Nous travaillons pour cela sur chaque entrainement.

CNCB: Est-ce que vous sentez plus la pression de courir à la maison ?

Vincent: Sur ce bassin, nous avons déjà quelques repères pour avoir tous déjà ramé ici à l’entrainement et en compétition. C’est le plus beau bassin en France pour la pratique de l’aviron que. Le fait de courir à domicile nous motive encore plus et va nous transcender pour sortir une course de référence. La pression sera positive.

Merci Vincent et Bonne chance, nous serons sur la berge à Aiguebelette pour t’encourager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *